La Guerre des Peuples  Index du Forum
 
 
 
La Guerre des Peuples  Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

Créatures de Diatalys

 
Ce forum est verrouillé; vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    La Guerre des Peuples Index du Forum -> Mémoire des Dieux -> Souvenirs Enfouis -> Annales du Passé & Légendes
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Le Conteur
Conteur


Hors ligne

Inscrit le: 15 Aoû 2011
Messages: 193
Localisation: Là où vous ne l'attendez jamais...

MessagePosté le: Jeu 10 Nov - 11:11 (2011)    Sujet du message: Créatures de Diatalys Répondre en citant

Créatures de Diatalys


Sommaire :
Vous ne pouvez pas incarner de Créature ; cependant vous pouvez en rencontrer en RP.

_________________
Tends la main, touche l'infinité ;
La vie n'est qu'un souvenir,
Le temps n'est pas l'entité
Qu'il était il y a longtemps.
Revenir en haut
Publicité







MessagePosté le: Jeu 10 Nov - 11:11 (2011)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Le Conteur
Conteur


Hors ligne

Inscrit le: 15 Aoû 2011
Messages: 193
Localisation: Là où vous ne l'attendez jamais...

MessagePosté le: Jeu 10 Nov - 11:12 (2011)    Sujet du message: Créatures de Diatalys Répondre en citant


Pour avoir déjà affronté un basilic avec mes compagnons, je peux vous dire qu’il s’agit sans doute d’une des plus infectes créations qu’il m’est pu donner de voir. Cette horreur a finalement connu nos lames, et c’est sûrement le mieux qui pouvait arriver. "
Hénia Ethiel, aventurière elfe.

Bien que de nombreuses personnes contestent leur simple existence, les basilics existent bel et bien, aussi rare soit-il. De nombreux aventuriers espèreraient d’ailleurs qu’ils n’existent pas après avoir fait leur connaissance.
Le basilic est un véritable monstre, faisant près de deux mètres de longueur. Il s’agit d’un serpent portant les ailes et les pattes d’un coq, bien qu’il soit couvert d’écailles noirâtres et suintantes. Il possède également une large crête, que de nombreux récits assimilent à une couronne ou à une tête de coq.

Contrairement à bien des légendes l’affirmant, le basilic ne tue pas d’un simple regard. Simplement, il déchiquète n’importe quel guerrier avec une rapidité stupéfiante et son venin a un effet très particulier : ceux qui ne sont pas dévorés mais ont été mordus se transforment tout simplement en pierre. Enfin, le regard du basilic semble avoir un certain effet hypnotique sur les faibles d’esprits, et toucher sa peau est dangereux en raison du poison secrété. Celui entraînerait des maux abominables et bien pires que d’avoir affaire au monstre en lui-même.

Le basilic ne tue pas seulement ceux qu’ils trouvent appétissants ; il aime se loger dans les puits, qu’il pollue par sa simple présence, provoquant maladie et folie chez les habitants.




On peut se dire que les dragons existent toujours, car il paraît improbable que les frêles peuples de Diatalys ont pu exterminer de tels créatures. Mais la vérité est bien là : les peuples ont massacrés jusqu’au dernier ces êtres d’une grande majesté. Encore une preuve de la faiblesse des mortels... "
Sothan Kimeäth, Elfe Immortel.

Le dragon était un reptile aux proportions gigantesques. Il mesurait en général une trentaine de mètres de long et leur poids se compte en tonnes. On peut les comparer, même si l’image n’est pas tout à fait véridique, à des lézards géants musculeux.

Les dragons avaient des écailles recouvertes d’une étrange substance, les rendant quasiment invulnérables. Ainsi, seuls les poisons, les armes magiques et les sorts avaient des effets face ces créatures. Les dragons étaient également pourvus d'ailes membraneuses et qui leur permettent, les cas échéants, de mener des combats aériens. Ou de s'envoler si bon leur semble. Sa longue queue pouvait battre violemment l'air et lui servait souvent d'arme : elle abattait avec facilité les arbres, pouvait écraser un homme peu vigilant…

On pouvait également rajouter à ces dangers deux autres : celui de son immense gueule garnie de plusieurs rangées de dents tranchantes et son souffle embrassant tout ! Car les dragons étaient capables de projeter des flammes sur une dizaine de mètres. Sa bave était connue pour, si elle n’était pas soignée rapidement, nécroser les parties touchées.

Les dragons étaient des créatures extrêmement intelligentes, capables de converser aisément en plusieurs langues, et possédant des connaissances tout à fait étonnantes. Sa résistance aux formes élémentaires de magie était connue, et les pouvoirs étaient tout à fait inefficaces sur les dragons. Toutefois, nombre de dragons savaient parfaitement se montrer cruels et avoir faim…

C’est pour cela qu’ils ont progressivement disparus au cours de l’histoire, et le dernier dragon connu fut tué il y a maintenant deux millénaires. Bien entendu, certains aventuriers affirment qu’ils existent toujours, mais on ne peut n’y voir que des fariboles…



_________________
Tends la main, touche l'infinité ;
La vie n'est qu'un souvenir,
Le temps n'est pas l'entité
Qu'il était il y a longtemps.
Revenir en haut
Le Conteur
Conteur


Hors ligne

Inscrit le: 15 Aoû 2011
Messages: 193
Localisation: Là où vous ne l'attendez jamais...

MessagePosté le: Jeu 10 Nov - 11:12 (2011)    Sujet du message: Créatures de Diatalys Répondre en citant


J’ai des œufs de griffons si vous souhaitez. Et à un prix très abordable, tout naturellement… "
Saul Kasten, charlatan.

Le griffon est un animal présent dans les montagnes, qu’il s’agisse des Monts de Glace ou de la chaîne des Montagnes Venteuses. Ce noble animal possède un corps léonin, mais sa tête, son cou et ses pattes sont celles d’un aigle. Il possède d’ailleurs deux grandes ailes de plume. Le griffon est d’un être d’une belle prestance, se montrant d’un courage absolu et d’une certaine magnanimité envers ses adversaires, si ceux-ci fuient ou ne lui font aucun mal. C’est ainsi que le griffon symbolise la noblesse, l’endurance et la témérité.

L’animal est difficile à approcher et plus encore à attraper. Toutefois, les audacieux n’hésitent pas à capturer des œufs pour dresser les poussins qui en sortiront. Une entreprise à haut risque, puisque cela nécessite de trouver le nid, de l’atteindre et parfois de combattre les parents. Le griffon vit en couple, uni pour le reste de leur existence, et il défend son nid comme la prunelle de ses yeux.




Les créatures s’élancèrent vers nous, dans la ferme intention de nous déchiqueter entre leurs serres sales. Bien que moi-même je résistai, plusieurs de mes compagnons rendirent leurs repas en sentant l’infâme pestilence des harpies. Toutefois, Daryn n’eut même pas à se concentrer pour diriger son arc contre elles, et en quatre flèches, trois d’entre elles avaient étés tuées. "
Amras Temnya, prêtre d’Azerkis, premier tome de Voyages édifiants à travers Diatalys.

Mieux vaut éviter la rencontre avec les harpies. Ce sont des créatures vicieuses, méchantes et sadiques, bien qu’elles se montrent parfois particulièrement stupides. Vivant en groupe dans des lieux reculés ou des hauteurs, les harpies sont des oiseaux de près d’un mètre. Elles disposent d’ailes de cuir, d’un bec, d’un visage humanoïde d’une incroyable laideur, de puissantes serres griffues et de seins tombants.

Même si les harpies se montrent plutôt lâches et stupides, ce sont des ennemis qu’il ne faut pas sous-estimer. Leurs ruses, bien que grossières, sont mortelles pour les inconscients. Elles traînent également une odeur infecte de pestilence et de charogne, capable de faire vomir les plus solides Nains.



_________________
Tends la main, touche l'infinité ;
La vie n'est qu'un souvenir,
Le temps n'est pas l'entité
Qu'il était il y a longtemps.
Revenir en haut
Le Conteur
Conteur


Hors ligne

Inscrit le: 15 Aoû 2011
Messages: 193
Localisation: Là où vous ne l'attendez jamais...

MessagePosté le: Jeu 10 Nov - 11:12 (2011)    Sujet du message: Créatures de Diatalys Répondre en citant


Les hydres n’existent pas ! "
Déclaration triomphante de Varro Aetin, membre de l’Académie des Sciences, effectué après trente-trois ans de recherche.

Les hydres sont des créatures dont l’existence est sujette à une controverse extrême, bien plus que les dragons étant censés avoir disparus. Une hydre est tout simplement à un monstre serpent à trois têtes, vomissant un puissant acide et déchiquetant tout ce qui peut passer à portée de gueule. Il s’agirait d’une créature vorace et féroce, bien que pas spécialement intelligente.

Les hydres vivraient dans des lieux corrompus par le Chaos ou les plus infâmes des marécages. A ce titre, ceux qui considèrent leur existence réelle pense qu’il s’agit d’une création des Sombres Puissances ou alors une manipulation d’un puissant sorcier, il y a bien longtemps. La question de son existence n’étant même pas réglée, ces débats semblent plutôt vains et stupides aux yeux de nombreux observateurs.




Moi-même je ne croyais pas à cette légende de l’obbilrieling. Un jour où je me dirigeais vers Morog, je me suis arrêté avec mes hommes à un petit village de la principauté de Blynmos. Nous avions mis plusieurs jours à atteindre ce lieu, car la neige entravait les chariots. Quand nous sommes arrivés, nous avons fêtés dignement cela à la petite auberge de ce lieu. Alors que nous buvions moult vin, les feus de l’auberge se sont soudainement éteints et les animaux se sont agités, commençant à hurler dans la nuit noire.

Nous sortîmes alors pour voir ce qui se passait, tandis que les habitants étaient pris d’une panique sourde. Une sensation de terreur commençait à nous tenailler, mais qu’importe, nous sommes allés dehors… Mais il n’y avait rien. Et c’est là que nous fûmes véritablement terrifiés. Car le monstre n’existait pas et il était pourtant là. Nous veillâmes toute la nuit dans l’auberge, en compagnie de la quarantaine de paysans apeurés. Les prêtres de la communauté tentaient de calmer leurs ouailles, mais nous et quelques hommes étions déterminés à combattre cette chose, pour mourir le sourire aux lèvres d’avoir pu lui un mal quelconque.

Mais finalement, au petit matin, l’obblrieling n’était pas venu. Les habitants remercièrent Tholgrim, Edna, Ebleen et Nosh. Après avoir dormi, nous continuâmes notre route. Mais jamais je n’ai eu autant peur.
"
Eisen Klyghus, marchand sernasien.

L’obbilrieling est une créature mystérieuse. On ne connaît aucune description de cette créature, mais son nom vient d’un antique dialecte démoniaque. Le nom lui-même n’apprend pas grand chose : il signifierait quelque chose comme « horreur inconnue ». Pour une raison inconnue, il ne semble s’en prendre qu’aux villages plutôt isolés, lorsque les premières neiges sont tombées.

Pour s’en protéger, il est habituel de faire une offrande de sang aux Dieux, lors de la fête du solstice d’hiver. Les prêtres du village jettent les animaux sacrifiés dans un feu situé aux portes du village. Ensuite, moult cantiques sacrés sont chantés, et chaque habitant jette un peu de grain dans le feu, dans l’espoir de repousser l’obbilrieling et d’amener la protection divine sur le village. Le rituel terminé, la solennité laisse place à la fête. Il existerait en certains lieux reculés des sacrifices humains, mais il s’agit aux yeux de nombreuses personnes de simples racontars.

En complément de cette cérémonie, il est coutume de disposer au seuil des maisons une fournée d’herbes variées, dépendant des lieux et des peuples. Egalement, on ne doit pas en parler pendant l’hiver, afin d’éviter de l’attirer. Toutefois, Anges et Démons considèrent ces deux traditions d’un œil suspect, et ne les applique pas. Les citadins et les érudits, quant à eux, se moquent éperdument des traditions entourant l’obbilrieling, quand ils ne les considèrent pas d’un œil suspect.

Lorsque l’obbilrieling s’intéresse à un village, une série d’évènements simultanés au milieu de la nuit signale sa présence : les animaux se mettent à hurler à la mort, les feux disparaissent brutalement, le froid gagne les maisons et une profonde sensation de malaise émerge parmi les habitants. Les sentinelles sont également concernées par ces phénomènes, mais étrangement, aucune d’elles ne voient la créature.

Finalement, au petit matin, les êtres vivants du village se sont généralement volatilisés, emportés par l’obbilrieling, et c’est un groupe de voyageurs qui découvrent le village comme s’il avait été abandonné la seconde auparavant. Il y arrive parfois qu’un seul être, rendu dément par l’obbilrieling, ait survécu. D’autres fois, pour une raison mystérieuse, la créature se détourne du village et passe tout simplement son chemin.



_________________
Tends la main, touche l'infinité ;
La vie n'est qu'un souvenir,
Le temps n'est pas l'entité
Qu'il était il y a longtemps.
Revenir en haut
Le Conteur
Conteur


Hors ligne

Inscrit le: 15 Aoû 2011
Messages: 193
Localisation: Là où vous ne l'attendez jamais...

MessagePosté le: Jeu 10 Nov - 11:12 (2011)    Sujet du message: Créatures de Diatalys Répondre en citant


Daryn nous désigna un pic rocheux où, selon lui, on pouvait trouver des pégases. L’endroit était inaccessible et visiblement dangereux à escalader ; il expliqua qu’un nombre important d’aventuriers tentaient de capturer un poulain là-haut. La plupart ne faisait que s’ajouter aux ossements en bas de l’escarpement. "
Amras Temnya, prêtre d’Azerkis, deuxième tome de Voyages édifiants à travers Diatalys.

Dans les airs virevoltent quantité de créatures extraordinaires et d’animaux. Parmi eux, on trouve les pégases, de remarquables destriers ailés. Cachés dans des anfractuosités rocheuses situées en hauteur, le pégase est d’une intelligence affûtée, bien qu’il ne soit pas capable d’une véritable pensée. Mais son intelligence est supérieure à la majorité des animaux.

Ce sont des créatures paisibles, évitant autant que possible le contact avec des créatures pensantes. Il leur est toutefois possible de se défendre avec une extrême violence, et leur vitesse dépassant celles de nombreuses créatures, il vaut mieux battre en retraite que de risquer l’affrontement avec un pégase.

Aussi fou cela puisse-t-il paraître, il arrive qu’un homme puisse attraper un poulain et l’emmener avec lui. Toutefois, le pégase est un animal farouchement indépendant, et refuse d’être monté. Alors, à quoi peut servir le pégase ? La vérité est cruelle : le sang du pégase a de propriétés magiques. Ces poulains sont condamnés à une mort rapide pour satisfaire les dépravés, les nécromanciens et les chaotiques.

On rapporte toutefois quelques cas où un pégase s’est lié avec une personne et se laisse monter. C’est un phénomène exceptionnel, prouvant la fidélité du pégase envers son cavalier, et l’amour que porte celui-ci en échange. L’histoire n’a rapporté en deux millénaires et demi que seize cas.




Oh, bien sûr, il est interdit de tuer un phénix… Comment peut-on donc utiliser les merveilleux pouvoirs qui lui sont attribués ? Eh bien, à ce que je sache, il n’est pas interdit de lui prélever quelques plumes... "
Laidan Amas’en, exorciste angélique, s’adressant à ses apprentis.

Le phénix est un oiseau au plumage feu et or. Il s’agit d’un animal paisible, se nourrissant des fruits les plus doux et sucrés qu’il a sa disposition. Il aime également faire ses ablutions matinales en chantant d’une voix mélodieuse. Aussi curieux que cela puisse paraître, le phénix serait capable de déclencher des incendies en se frottant comme une matière inflammable.

Malgré cet indéniable défaut, nul n’ose toucher à cet oiseau, car il est sacré et associé à Athian. Tuer un phénix est associé à de terribles malheurs et moult histoires populaires décrivent le sort peu enviable de ceux s’étant abaissé à cela./div>


_________________
Tends la main, touche l'infinité ;
La vie n'est qu'un souvenir,
Le temps n'est pas l'entité
Qu'il était il y a longtemps.
Revenir en haut
Le Conteur
Conteur


Hors ligne

Inscrit le: 15 Aoû 2011
Messages: 193
Localisation: Là où vous ne l'attendez jamais...

MessagePosté le: Jeu 10 Nov - 11:12 (2011)    Sujet du message: Créatures de Diatalys Répondre en citant


La Mort a une cousine ; elle s’appelle la Sirène "
Dicton populaire chez les marins sernasiens.

La sirène est une créature au buste de femme et dont le bas du corps est remplacé par une queue de poisson. Elle vit aussi bien dans les grands lacs qu’en haute-mer, et elle attire les imprudents par son chant. Si ceux-ci s’approchent de la source de ce merveilleux chant, ils sont progressivement envoûtés, et sont tués par les sirènes. Généralement, elles noient leurs proies, celles-ci ne ressentant pas le danger du fait de leur enchantement…

Quelques légendes narrent les malheurs des marins qui ont osés se laisser prendre. D’autres narrent les rencontres de valeureux héros avec les sirènes, et l’effroyable extermination qui en résulta. Pour résister aux effets du chant, il est nécessaire d’avoir une volonté de fer… Ou plus prosaïquement, de se boucher les oreilles. Les femmes semblent aussi ne pas être sensibles à l’enchantement des sirènes.

En tout cas, deux mystères subsistent pour les érudits : tout d’abord, si les sirènes sont intelligentes ou non. Pour la majorité des personnes que la question intéresse (c’est-à-dire les aventuriers et les érudits), la sirène n’est qu’une prédatrice vorace, assez dangereuse, et qui se contente de manger de la chair humaine.

La seconde est de savoir comment les sirènes se reproduisent. Aussi stupide cette question puisse-t-elle paraître, aucun aventurier ou héros ne semble avoir croisé le chemin d’un « sirène ». Nombre d’érudits ont dissertés sur le sujet, dans des débats aussi ennuyeux que futiles. Amras Temnya, le célèbre voyageur, fait d’ailleurs référence dans le premier tome de Voyages édifiants à travers Diatalys à une argumentation sur vingt tomes en faveur d’une thèse selon laquelle les belles-mères odieuses deviendraient des sirènes à leur mort.




Les vampyrs représentent la pire perversion des créatures vivantes. N’ayez aucune pitié envers ces infâmes cadavres. "
Kamnar Temons’ha, Démon temporaliste.

Parfois, il arrive qu'un nécromancien, en broyant des âmes pour relever des corps, laisse quelques résidus. Ceux-ci, s’entremêlant avec la substance de la Magie même, cherchent alors un cadavre frais et le relève. Telle est l’origine terrifiante et malsaine des vampyrs.

Vivant en meutes, les vampyrs sont des cadavres plus ou moins en décomposition, dont le processus s’est arrêté. Leurs ongles sont devenus longs et durs, tandis que leur force et leur agilité ont augmentés de manière importante sous l’effet de la Magie. Généralement, les vampyrs récemment créés sont couverts de terre, puisqu’ils ont dû creuser pour sortir de leurs tombes.

En raison de leur âme particulière, les vampyrs disposent d’une intelligence variable et sont complètement erratiques, pour ne pas dire bestiaux. Ce sont des monstres avides de chair, qui dévorent aussi bien les animaux que les êtres douées de conscience ou les cadavres. A ce titre, ils sont bien entendus violemment pourchassés par les autorités légales et religieuses.



_________________
Tends la main, touche l'infinité ;
La vie n'est qu'un souvenir,
Le temps n'est pas l'entité
Qu'il était il y a longtemps.
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé







MessagePosté le: Aujourd’hui à 23:21 (2017)    Sujet du message: Créatures de Diatalys

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Ce forum est verrouillé; vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    La Guerre des Peuples Index du Forum -> Mémoire des Dieux -> Souvenirs Enfouis -> Annales du Passé & Légendes Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template lost-kingdom_Tolede created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com